mercredi 22 février 2017

Pyjama, again

Vous allez devoir attendre pour voir le quatrième et dernier article consacré à la salle de plâtre. Les articles sur les vitrines miniatures sont, en général, longs et truffés de photos. C'est un énorme travail, il faut intégrer les photos aux posts que je rédige et soigner la mise en page. Et là, Mathilde n'en peut pluuuusss ! Pour ceux qui l'ignorent, c'est Mathilde qui gère le blog. Elle demande une pause avec des articles plus courts, très courts même !

Je vais essayer... Humm

Petit retour à la couture.
Wendy a commandé une mission spéciale pour Mamie. Elle a un pyjama naissance pour sa poupée. Bien que Rose mesure 36cm, il est trop grand pour elle. J'ai déjà fait deux autres versions (ici et ) après avoir respiré un grand coup et osé couper dans les pyjamas.


Pour le troisième, je tremble moins.
Mathilde : « Mais on ne t'entend pas râler !? »

Comme je maîtrise un peu mieux, je veux m'appliquer sur les pieds, cette fois. Pas d'élastique, pas de pinces, seulement des découpes, comme pour un vrai !



Les morceaux étant petits, j'ai utilisé un point de bâti pour maintenir ensemble les pièces de tissu, avant la couture définitive à la MAC.





Au final, je suis très satisfaite de mon dors-bien.


« Bonne nuit, ma jolie ! »


Il faudrait sûrement que j'en fasse un quatrième pour tenter l'excellence !! Et encore... Je suis certaine qu'il y aurait toujours des défauts.

Bisous, à bientôt !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 15 février 2017

Salle de - plâtre #3


Depuis 3 semaines, nous visitons la salle de plâtre. Si vous étiez absents, vous pouvez retrouver les deux articles précédents ici et .

L'outil indispensable, en salle de plâtre, est... la scie à plâtre, oscillante. Ce type de scie coupe les éléments rigides. Les parties molles suivent les vibrations de la lame et ne doivent pas être blessées.
Pour découvrir sa fabrication et son fonctionnement, c'est par ici.


Nous l'utilisons avec une grande dextérité, sauf au début de notre apprentissage, je vous l'accorde. Nous aussi, nous avons eu peur... Nous avons beaucoup d'attention pour les patients. Il faut éviter toute pression excessive de la scie, elle doit entrer progressivement dans l'épaisseur du plâtre. Avec les enfants, nous prenons un temps tout particulier, notamment pour expliquer comment le plâtre va être retiré.


Nous glissons des feuillards, baguettes de protection flexibles, entre peau et plâtre, pour faciliter la tâche et rassurer. Avec le temps, le geste est assuré, précis, rapide, le feuillard n'est plus indispensable. La scie devient le prolongement de notre main, de nos doigts. Elle nous obéit au doigt et à l’œil !


Mes miniatures

Le distributeur pour jersey tubulaireRéalisé en carton blanc. Le vrai est en tôle d'acier laquée, fixé au mur, en hauteur. Les cases sont adaptées à la taille des rouleaux de jersey hydrofuge (10cm, 7cm, 5cm et 3cm). Dans la grande case, un stock de ouate anti-odeur.


Pour fabriquer les rouleaux, j'ai réalisé une cigarette de ouate, emballée dans le papier protecteur. Puis, j'ai coupé des tronçons.



La tablette. En carton mousse. Fixée sous le négato, elle permet le dépôt des dossiers et des radiographies. Quand il n'y a pas de dossier, on peut y trouver une tasse à café, bien brûlant. C'est que Philippe n'est pas loin !



Arceau anti-bruit. Avec bouchons d'oreilles, ultra léger. On oublie souvent l'avoir autour du cou !! Que voilà un beau collier, très original ! Fortement recommandé en salle de plâtre pour un usage intermittent. Confectionné avec du fil métallique et de la pâte polymère.



Le négatoscope muralPour une lecture aisée des radiographies du corps. Il est en acier et fonctionne avec éclairage par fluorescence sous un diffuseur monochrome blanc. Le système de fixation des radios se fait par gravité. Je l'ai fabriqué avec des allumettes et du balsa.


La vitre est un rectangle découpé dans une boîte translucide de bâtons de chair de crabe... Idéal ! L'interrupteur est une perle de rocaille. Les radiographies sont de vraies minuscules radios, éditées par les manip radio. Merci, merci !
Diagnostic : Fracture cheville gauche (extrémité inférieure du péroné pour être exacte), ostéosynthésée avec plaque/vis. Immobilisation dans une botte résine sans appui.
Nous exerçons, sur prescription médicale écrite, à la condition légale, qu'un médecin puisse intervenir à tout moment.

Les draps d'examenEn rouleaux, dans des boîtes en carton, par six. Plastifiés et bleus.



Le tablier. En plastique, assez grand pour protéger la poitrine et les jambes du praticien, ou du patient, parfois. Se suspend auprès de la porte.



Je l'ai confectionné dans le plastique de protection du sparadrap que l'on pose sur les grands pansements. Et j'ai collé au dos le logo de notre tablier, imprimé sur papier. Des chutes de ruban font les cordons d'attache.

La décorationUne photo de l'équipe soignante en 86 et une photo d'une salle d'intervention en noir et blanc... Une autre époque !




La paire de ciseauxConnue de tous, en salle de plâtre, celle qui sert à couper les bandes de résine. C'est un bouton repeint en rouge et noir. Les lames sont peintes avec de la peinture métallique pour maquette.


Même chose pour un bouton carré, pour représenter un plateau.

Léo et son plâtreUn petit livre pour les enfants, plein de précieux conseils.



Pour expliquer la santé, les soins et l'hôpital aux enfants, vous pouvez vous rendre sur le site : www.sparadrap.org/

Bonne journée !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 8 février 2017

Salle de plâtre - #2

Allez, poursuivons notre visite...



Les miniatures de Patricia


Le décapeur thermique. Il se range dans le tiroir de l'armoire vitrée. Il est en pâte polymère et cordon de coton.
Certains appareillages nécessitent l'utilisation de bandes "velcro". Cet appareil nous permet de chauffer la partie adhésive, qui ainsi, adhère mieux et résiste dans le temps. Il facilite aussi l'ajustement des matières thermoformables.




Le support poplité. Appelé aussi barre à genou. Réglable en hauteur, ce support aide à la confection des bottes et autres appareils de la jambe. Il possède des angles arrondis pour faciliter le nettoyage. Le coussin cylindrique en mousse est démontable. Réalisé en pâte polymère et reste de bande en crêpe.




La pendule. Photo réduite de la pendule. Collage sur un carton.


La pochette radio. Réduction à l'aide d'un scanner/imprimante. L'étiquette adhésive porte réellement l'identité (masquée) de Philippe. Merci à nos collègues de la caisse des entrées pour cette entrée fictive en imagerie médicale le 01/07/2014 à 15:43.



Les miniatures de Stéphanie


Le chariot à plâtre. Il permet de ranger tout le matériel nécessaire à la confection d'un plâtre. On l'utilise, tant dans la salle de plâtre, que dans les services, au lit du patient. Il est maniable grâce à une large poignée de manipulation et des roues pivotantes (avec freins). Il est équipé d'un bac de trempage pour les bandes de résine ou de plâtre et d'un volume de rangement inférieur, fermé sur trois côtés. On y range du jersey tubulaire en coton et hydrofuge. Les deux volets supérieurs sont escamotables. Derrière celui de droite se trouvent trois tiroirs pour ranger les bandes de plâtre, à gauche, deux étagères pour le rangement des bandes de résine, dans leur boîte, avec code couleur par taille : 12,7cm, 10,1cm, 7,6cm, et 5cm.
Complètement réalisé en carton, recouvert de Canson. Les roues sont des perles. Le bac de trempage : une barquette de fromage... encore !!
Sur le plateau, une paire de ciseaux universels, en acier inoxydable, à bouts olivaires (pour éviter les lésions cutanées). C'est une agrafe de jupe, dépliée et repeinte.



Dans une boîte de rangement, des rouleaux de ouate de rembourrage synthétique anti-odeur. Confortable, cette ouate est conçue pour tout type d'appareil d'immobilisation.



Les tables de travail. Pour l'installation des patients.



Base en carton, pieds avec allumettes et piques à brochettes pour imiter les tubes métalliques. Chaque table possède un dévidoir de drap d'examen bleu. Ce produit à usage unique, imperméable et prédécoupé, contribue au respect de l'hygiène du patient et à la protection de la table, avec l'alaise en tissu blanc.


Un à deux oreillers par table, et c'est tout de suite plus confortable ! Ils servent aussi à faire reposer les membres fraîchement plâtrés.




Pour retrouver les miniatures de Catherine et Lydie, en salle de plâtre, c'est par ici.
Nous poursuivrons notre visite la semaine prochaine.
Bisous.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 1 février 2017

Et si on visitait... la salle de plâtre !

« - On ne voit plus votre collègue, Philippe... Il est en vacances ?
- Non, il a pris sa retraite, en août 2016. »

C'est sûr, tous les patients le connaissaient. C'était lui le maître des lieux, de la salle de plâtre en particulier.
Notre duo était complémentaire, nous étions déjà collègues avant que je prenne un poste aux consultations externes d'orthopédie, à ses côtés. J'ai évolué, appris, j'ai toujours eu plaisir à travailler avec lui. Il m'a transmis son savoir et son savoir-faire. Il a été un très bon professeur, j'ai essayé d'être une bonne apprentie. Pendant plus de 10 ans, aux consult, Philippe a été un collègue bienveillant, qui écoute et qui booste.

On prend les mêmes et on recommence !
Avec Lydie, Patricia et Catherine, nous avions déjà réalisé la salle 4 en 2013Cette fois-ci, il s'agit de miniaturiser la salle de plâtre.
Allez, au boulot ! Une cinquième paire de mains nous rejoint, Stéphanie.


C'était SA salle de plâtre, comme il disait !
Impensable de le laisser partir à la retraite sans lui faire une copie miniature, à quelques détails près. Il nous a avoué, lors de la remise de ses cadeaux, espérer repartir avec ce précieux sésame ! Nous l'avions empaqueté dans un carton d'aspirateur, histoire de faire durer le suspense !!



La pièce n'a pas beaucoup changé depuis qu'il est parti.
Chacune choisit ce qu'elle souhaite réaliser. Nous prenons des photos, des mesures, des croquis... et c'est parti !


Les miniatures de Lydie

L'armoire vitrée. Vitrée sur deux côtés, elle a une porte battante et un tiroir. Elle est fabriquée en carton et plastique de blister.


Sur les tablettes, sont pliées taies d'oreiller, alèses et couverture.
Dans les boîtes, le matériel prothétique (prothèse totale de hanche, intermédiaire, de genou, clou gamma, etc) pour information aux patients. Oui, je sais, elles sont vides. Trop compliqué...


Dans la mallette noire, le pistolet à colle chaude. Vous devrez l'imaginer...
Dans le tiroir, le décapeur thermique. On vous le montrera plus tard.
Posées sur l'armoire, des planches anatomiques, roulées, et des boîtes de rouleaux de résine.



Le plan de travail et les points d'eau. En bois et carton, il est revêtu d'un matériau permettant un nettoyage facile, bien imité.


Les éviers sont des barquettes de fromage, collées sous le plan de travail.
Le mélangeur de droite, est équipé d'un flexible, pour emplir plus facilement les cuvettes, et ne pas les transporter à bout de bras.
Dans l'évier, le bac de décontamination du matériel (pinces, porte-aiguilles, stylets, etc) avant stérilisation.


A gauche, le gel antiplâtre, bleu. Il permet, avec facilité, de retirer les souillures plâtrées sur les mains de l'utilisateur et la peau du patient, quand le plâtre est terminé.
A côté de l'évier de gauche, le conteneur (jaune et rouge) à objets piquants et tranchants. On trouve aussi diverses boîtes de rangement, plateau et rouleau de sacs poubelle noirs.


Le distributeur d'essuie-mains. C'est un bloqueur pour cordon de vêtement.



La miniature de Catherine

Le tabouret. Il est réglable en hauteur grâce à une vis longue. Fabriqué à l'aide de rivets et de chutes de cuir. Pas facile à faire, pour le mettre à l'échelle 1/12ème. LOL !


C'est tout pour aujourd'hui ! Bisous.
Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...